la plus grande vague depuis Omicron

0


En cette période hivernale, synonyme de convivialité mais aussi de maladies respiratoires, la vigilance reste de mise. Près de quatre ans après le début de la pandémie, le COVID-19 continue d’affecter la population malgré une lassitude générale. Une augmentation significative des visites aux urgences (Dans le langage courant, les urgences sont le service d’un hôpital qui s’occupe de recevoir…) et des hospitalisations pour le COVID-19, la grippe (La grippe (ou influenza) est une maladie infectieuse fréquente et contagieuse causée par…) et le virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise…) respiratoire syncytial (VRS) a été observée depuis mi-décembre.


Image d’illustration Pixabay

Le variant JN.1 apparu en septembre représente déjà plus de la moitié des cas, et même les deux tiers en France. Il s’agit de la plus forte croissance d’un variant depuis Omicron. Les données de laboratoires indiquent que les vaccins mis à jour (Le jour ou la journée est l’intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c’est la…) permettent cependant de diminuer les risques infections sans toutefois les annuler, de diminuer la graviter de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d’un organisme vivant, animal…) en cas de contamination, et les tests rapides comme les traitements médicaux actuels restent efficaces.

Selon les Centres pour le Contrôle et la Prévention (La prévention est une attitude et/ou l’ensemble de mesures à prendre pour éviter…) des Maladies (CDC) aux Etats-Unis, le variant JN.1 « ne semble pas présenter de risques supplémentaires pour la santé publique (La santé publique peut être définie de diverses manières. On peut en effet la…) par rapport aux autres variants récents ». Toutefois, une hausse des hospitalisations pour COVID-19 a été notée, bien que les taux restent nettement inférieurs à ceux de l’année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d’un évènement lié…) dernière à la même période.

Comparativement au premier hiver de la pandémie (Une pandémie (du grec ancien πᾶν / pãn (tous) et…), la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d’un…) s’est améliorée. Les vaccins et les infections antérieures fournissent une certaine immunité et réduisent la gravité (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.) de la maladie. Les nouvelles hospitalisations sont environ un tiers de ce qu’elles étaient pendant les fêtes de 2022.

Pour se protéger au quotidien, il est conseillé de rester chez soi en cas de symptômes et d’utiliser des tests COVID à domicile. La vaccination contre le COVID et la grippe reste fortement conseillée, ainsi que les nouveaux vaccins et anticorps monoclonaux contre le VRS pour certaines populations.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.