📰 Notre propre évolution nous rendrait incapable de résoudre le changement climatique

0


Dans une Ă©tude rĂ©cente dirigĂ©e par l’UniversitĂ© du Maine, il est avancĂ© que certains aspects centraux de l’Ă©volution humaine pourraient freiner notre capacitĂ© Ă  rĂ©soudre des problèmes environnementaux mondiaux tels que le changement climatique.

Au cours des 100 000 dernières annĂ©es, les groupes humains ont progressivement utilisĂ© plus de types de ressources, avec plus d’intensitĂ©, Ă  des Ă©chelles plus grandes et avec des impacts environnementaux plus importants. Cette expansion globale a Ă©tĂ© facilitĂ©e par l’adaptation culturelle Ă  l’environnement, conduisant Ă  l’accumulation de traits culturels adaptatifs comme les systèmes sociaux et les technologies pour exploiter et contrĂ´ler les ressources environnementales.

Tim Waring, biologiste Ă©volutionniste Ă  l’UniversitĂ© (Une universitĂ© est un Ă©tablissement d’enseignement supĂ©rieur dont l’objectif est la…) du Maine, souligne que l’Ă©volution humaine est principalement motivĂ©e par le changement culturel, qui est plus rapide que l’Ă©volution gĂ©nĂ©tique (La gĂ©nĂ©tique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est…). Cette rapiditĂ© d’adaptation a permis aux humains de coloniser toutes les terres habitables dans le monde (Le mot monde peut dĂ©signer 🙂. Cependant, cette expansion dĂ©pendait de grandes quantitĂ©s de ressources disponibles et d’espace.

Aujourd’hui, les humains ont Ă©galement Ă©puisĂ© l’espace. Nous avons atteint les limites physiques de la biosphère et revendiquĂ© la plupart des ressources qu’elle a Ă  offrir. Nos adaptations culturelles, en particulier l’utilisation industrielle des combustibles fossiles, ont crĂ©Ă© de dangereux problèmes environnementaux mondiaux qui menacent notre sĂ©curitĂ© et l’accès aux ressources futures.

Pour rĂ©soudre des dĂ©fis mondiaux comme le changement climatique, l’Ă©quipe de recherche a examinĂ© quand et comment les systèmes humains durables sont apparus dans le passĂ© (Le passĂ© est d’abord un concept liĂ© au temps : il est constituĂ© de l’ensemble…). Ils ont constatĂ© que les systèmes durables ont tendance Ă  se dĂ©velopper et Ă  se propager seulement après que les groupes ont luttĂ© ou Ă©chouĂ© Ă  maintenir leurs ressources. De plus, les systèmes forts de protection de l’environnement tendent Ă  rĂ©soudre des problèmes au sein des sociĂ©tĂ©s existantes, et non entre elles.


Dimensions de la gestion environnementale crĂ©ant un paysage (Étymologiquement, le paysage est l’agencement des traits, des caractères, des formes d’un…) attracteur (Dans l’Ă©tude des systèmes dynamiques, un attracteur (ou ensemble-limite) est un ensemble, une…) pour l’Ă©volution humaine Ă  long terme.
Les dĂ©fis de la durabilitĂ© environnementale (frontières incurvĂ©es) nĂ©cessitent un niveau minimum de coopĂ©ration dans une sociĂ©tĂ© d’une certaine taille minimale. Les chemins alternatifs potentiels conduisent l’humanitĂ© vers diffĂ©rents rĂ©sultats Ă©volutifs Ă  long terme.
Dans le chemin B, la compĂ©tition entre les sociĂ©tĂ©s pour les ressources environnementales communes crĂ©e une sĂ©lection culturelle entre les groupes pour une compĂ©tition et un conflit de plus en plus directs. Le chemin A, la coopĂ©ration croissante entre les sociĂ©tĂ©s facilite l’Ă©mergence de traits culturels mondiaux pour prĂ©server les avantages environnementaux partagĂ©s.
Crédit: Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences (2023). DOI: 10.1098/rstb.2022.0259

Cependant, Tim Waring souligne que le plus gros problème est que les caractĂ©ristiques centrales de l’Ă©volution humaine travaillent probablement contre notre capacitĂ© Ă  rĂ©soudre des dĂ©fis collectifs mondiaux. Pour rĂ©soudre ces dĂ©fis, nous devons aller Ă  contre-courant.

Les travaux de Tim Waring et de ses collègues suggèrent que la modification du processus de changement adaptatif parmi les entreprises et les nations pourrait être un moyen puissant de résoudre les risques environnementaux mondiaux.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.