đź“° Ce calamar des abysses est filmĂ© traĂ®nant des milliers d’Ĺ“ufs: une dĂ©couverte surprenante

0


Dans l’obscuritĂ© des fonds marins, une scène saisissante a Ă©tĂ© capturĂ©e par les chercheurs de l’Institut Schmidt Ocean: un calamar aux yeux noirs (Gonatus onyx), flottant gracieusement avec des milliers d’Ĺ“ufs suspendus Ă  ses bras. Cette observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phĂ©nomènes, sans volontĂ© de les…) rare, faite au large des cĂ´tes du Costa Rica, remet en question les idĂ©es reçues sur la reproduction (La Reproduction. ElĂ©ments pour une thĂ©orie du système d’enseignement est un ouvrage…) de ces cĂ©phalopodes.


Des chercheurs lors d’une expĂ©dition de l’Institut Schmidt Ocean ont observĂ© un calamar aux yeux noirs (Gonatus onyx) portant des milliers d’Ĺ“ufs.
Crédit: Institut Schmidt Ocean.

Contrairement Ă  la croyance selon laquelle les calmars pondent leurs Ĺ“ufs en grappes sur le fond marin pour les laisser se dĂ©velopper seuls, ce calamar protège activement sa progĂ©niture. Avec des crochets situĂ©s sur ses bras, il maintient la masse d’Ĺ“ufs pendant plusieurs mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une pĂ©riode de temps…), pĂ©riode durant laquelle il s’abstient de se nourrir.

Le professeur Brad Seibel de l’UniversitĂ© de Floride du Sud (Le sud est un point cardinal, opposĂ© au nord.), alors chercheur postdoctoral (On appelle souvent chercheur postdoctoral (ou en abrĂ©gĂ© « postdoc »)…) Ă  l’Institut de Recherche (La recherche scientifique dĂ©signe en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue…) de l’Aquarium de la Baie de Monterey (MBARI), a Ă©tĂ© le premier Ă  observer ce phĂ©nomène en 2001. Son Ă©tude a rĂ©vĂ©lĂ© que les femelles G. onyx transportent jusqu’Ă  3 000 Ĺ“ufs dans l’eau (L’eau est un composĂ© chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les…) jusqu’Ă  l’Ă©closion. Les calmars utilisent leurs bras pour pomper de l’eau fraĂ®che Ă  travers la masse d’Ĺ“ufs, facilitant ainsi leur oxygĂ©nation.

Les calmars aux yeux noirs, abondants dans les ocĂ©ans Pacifique et Atlantique, se trouvent gĂ©nĂ©ralement Ă  des profondeurs supĂ©rieures Ă  1 900 mètres dans le Pacifique Nord (Le nord est un point cardinal, opposĂ© au sud.). Cette espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type »…) prĂ©sente une flottabilitĂ© (Dans un liquide, les corps sont soumis Ă  la poussĂ©e d’Archimède. Les corps ont une flottabilitĂ©…) neutre, ce qui signifie qu’elle ne requiert aucun effort pour flotter ou nager. Toutefois, le fait de porter des Ĺ“ufs rĂ©duit leur vitesse (On distingue 🙂 de nage, les rendant potentiellement vulnĂ©rables aux prĂ©dateurs des profondeurs.

Cette dĂ©couverte souligne l’importance de la protection parentale chez certains cĂ©phalopodes et Ă©claire d’un jour nouveau les stratĂ©gies de reproduction dans les environnements marins profonds.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.