des stimulations tactiles influencent nos interactions sociales

0


C’est une étonnante découverte qui fait entrer en résonance une vibration, la voix et la confiance en soi dans un contexte de réalité virtuelle (RV). Dans ces environnements sociaux dématérialisés mais hautement immersifs, la qualité des interactions entre utilisateurs représente un enjeu central. Le défi est notamment de rendre les échanges aussi naturels que possible. Avec le souci, par exemple, de prévenir les comportements nocifs ou de désamorcer les situations à risque – typiquement, les cas de harcèlement. La préoccupation peut être aussi de rendre les environnements plus inclusifs.

C’est en étudiant ces questions qu’une équipe de recherche de l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Inria) de Rennes et de l’université Reichman en Israël a fait une observation surprenante : « Une vibration synchronisée avec la parole augmente significativement la confiance en soi ou la persuasion d’un interlocuteur, toutes choses égales par ailleurs », explique Anatole Lécuyer, directeur de recherche à l’Inria et spécialiste de RV.

Leurs travaux ont été présentés le 27 mars dans le cadre de l’IEEE Virtual Reality Conference, principale conférence consacrée à la recherche dans ce domaine. L’équipe fait partie du consortium scientifique conduisant le projet GuestXR, dont l’objectif est de développer des solutions technologiques pour faciliter les interactions entre utilisateurs et désamorcer les situations conflictuelles. « Nous sommes spécialistes des interfaces haptiques, des dispositifs permettant de générer des sensations tactiles, par exemple pour augmenter l’interaction avec les environnements virtuels et “sentir” les objets virtuels. Nous avons donc cherché quels avantages on pourrait tirer de ces outils pour améliorer les interactions sociales en RV », détaille le chercheur.

Synchroniser la stimulation de différents sens

C’est en échangeant avec des collègues spécialistes du « speech-to-touch », une technologie utilisant un retour vibratoire pour faciliter la compréhension d’un discours par des personnes malentendantes, qu’a germé l’idée d’étudier l’effet de vibrations sur la coprésence, ce sentiment d’être présent avec d’autres utilisateurs dans un environnement virtuel. « On sait que les environnements de RV ont tendance à diminuer la confiance en soi et le leadership [la capacité à diriger un tiers], complète Justine Saint-Aubert, chercheuse à l’Inria de Rennes et autrice principale de l’étude. On s’est donc demandé si les vibrations ne pourraient pas améliorer ces aspects. » Et ainsi faciliter les échanges entre individus : « Dans des réunions virtuelles, par exemple, augmenter la confiance en soi à l’aide d’un retour vibratoire quand l’utilisateur parle pourrait faciliter la prise de parole des individus plus en retrait ou plus timides », imagine Anatole Lécuyer.

Il vous reste 50% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.