dans les mondes virtuels de Roblox, les avatars aident les ados à s’affirmer

0


Le monde foisonnant d’avatars de Roblox.

Au collège à côté de chez lui, Roméo, cheveux châtains en pagaille et fossettes aux joues, est un élève de 13 ans studieux, passionné de danse et de dessin. Mais quand il rentre chez lui à 17 heures, emprunte l’ordinateur portable de son père et s’installe à son bureau, il devient le roi immortel de la pop. En s’inscrivant sur la plate-forme de jeux vidéo Roblox en 2019, l’adolescent parisien s’est choisi un avatar au teint pâle et aux cheveux noirs coiffés en queue-de-cheval, avec des lunettes de soleil et un chapeau en feutre.

Les murs de sa chambre couverts de posters de Michael Jackson, ses vinyles et ses tee-shirts à son effigie ne suffisaient plus : tous les soirs, il passe désormais plusieurs heures dans la peau de son idole. « Dans ma vie, je n’ai pas trop de problèmes, mais c’est quand même génial de m’éloigner de ma réalité, de m’immerger dans un autre monde quand je rentre d’une longue journée de cours », dit-il en souriant, émerveillé.

160 millions d’utilisateurs dans le monde

En quelques années, Roblox, entreprise née dans la Silicon Valley en 2004, est devenue l’une des marques de jeux vidéo les plus populaires au monde chez les moins de 16 ans. Avec son design cubique un peu puéril et ses couleurs criardes, la plate-forme est le plus souvent délaissée par les joueurs sortis de l’adolescence. Les jeunes gameurs en ont donc fait une immense cour de récréation virtuelle, où ils peuvent se donner rendez-vous pour discuter sur le chat, customiser leur avatar et surtout partir à l’aventure parmi les 18 millions de jeux différents disponibles à toute heure du jour et de la nuit.

Il suffit d’un ordinateur ou d’un téléphone portable pour créer un compte et accéder à cette myriade de mondes imaginaires inspirés de pratiques sportives, de périodes historiques, de fictions, ou carrément plagiés sur d’autres jeux vidéo comme Super Mario.

Forcément, pendant les confinements de 2020 et 2021, la plate-forme a explosé, notamment en France, chez des adolescents en quête d’évasion et de liens sociaux. Plus de 160 millions d’utilisateurs venus du monde entier s’y retrouvent désormais tous les mois. Et si une tendance émerge dans un groupe d’enfants quelque part sur la planète, il est presque assuré qu’il en existe une version en ligne sur Roblox.

« La personnalisation de l’avatar fait partie du jeu. Il incarne souvent tout un narratif pensé par son créateur », note la chercheuse Julie Delbouille

Dans ce monde parallèle peuplé de millions d’adolescents bien réels, le choix des caractéristiques physiques s’avère essentiel : l’avatar fait office d’identité numérique, de médium entre le joueur et son environnement. « La personnalisation de l’avatar fait entièrement partie du jeu. Il incarne souvent tout un narratif pensé par son créateur », note Julie Delbouille, doctorante en sciences de la communication à l’université de Liège (Belgique), spécialisée dans les jeux vidéo. « C’est pour les joueurs une façon de se raconter. Certains choisissent de créer un personnage qui leur ressemble, dans le but de transmettre quelque chose d’eux dans un univers virtuel. Certains inventent un héros très différent, pour le plaisir de devenir un autre le temps d’une partie », précise-t-elle.

Il vous reste 75% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.