Nabla lève 22 millions d’euros pour son « Copilot » de la santé

0



La start-up parisienne Nabla a annoncé avoir levé 22 millions d’euros (24 millions de dollars) lors d’un tour de table en série B, mené par le fonds d’investissement Cathay Innovation avec la participation de Zebox Ventures (incubateur de CMA CGM). Lancée en 2018 par Martin Raison (CTO), Delphine Groll (COO) et Alex Lebrun (CEO), la jeune pousse a précédemment levé 17 millions d’euros en avril 2021, portant son financement total à environ 39 millions d’euros.

Avec, Nabla compte « stimuler son expansion dans les systèmes de santé américains et continuer à transformer la façon dont les prestataires dispensent des soins grâce à son assistant d’IA ». A ses débuts, elle a en effet développé une application mobile de médecine préventive destinée aux femmes. Elle met également gratuitement à leur disposition une bibliothèque de contenus spécifiquement dédiés à la santé féminine et rédigés par des professionnels. En parallèle, l’application propose aussi aux utilisatrices d’échanger directement avec les professionnels de santé partenaires, qui peuvent être des médecins généralistes, des gynécologues ou des infirmières.


Nabla lance son propre copilot


L’année passée, la jeune pousse a décidé d’accélérer sur le développement de son produit et de miser sur l’intelligence artificielle. Ainsi, en mars 2023, elle a annoncé le lancement de Nabla Copilot, un assistant « conçu pour alléger la charge administrative imposée aux prestataires et réduire l’épuisement professionnel des cliniciens ». Ce dernier s’appuie des capacités de génération de notes basées sur l’IA, la reconnaissance du codage médical et des intégrations fluides de plateformes de DSE (dossier de santé électronique).

Il peut suivre une consultation physique ou à distance et s’appuie sur sa technologie propriétaire speech-to-text pour générer des comptes rendus médicaux. Son objectif est similaire à celui d’autres entreprises, à savoir fait gagner du temps aux cliniciens afin qu’ils puissent se concentrer sur les soins à prodiguer à leurs patients. A date, Nabla rapporte que 3 millions de consultations sont effectuées chaque année via Copilot, et qu’environ 20 000 prestataires ont adopté son assistant d’IA.


Chercheurs et investisseurs de renommée s’intéressent à la jeune pousse


Pour réussir à s’implanter sur un marché aussi critique que celui de la santé, Nabla n’a pas hésité à s’entourer de profils réputés. Ainsi, ses technologies de grands modèles linguistiques (LLM) et de synthèse vocale (STT) ont été construites par d’anciens ingénieurs de Facebook AI Research. De même, parmi ses conseillers se trouvent des experts en IA et en médecine, dont l’un des pères du deep learning, Yann LeCun.

Elle a également su s’attirer les faveurs d’une multitude d’investisseurs tels que Rodolphe Saadé, PDG du groupe CMA CGM, Xavier Niel, patron de Free, Tony Fadell, co-créateur de l’iPod et de l’iPhone, ainsi que Rachel Delacour, PDG et co-fondatrice de Sweep, entre autres. « Il s’agit d’une étape importante pour notre entreprise et d’un signal pour le marché que l’IA est vraiment capable d’aider à résoudre les défis majeurs auxquels les systèmes de santé sont confrontés partout dans le monde », affirme Alexandre Lebrun, co-fondateur et dirigeant de l’entreprise.


TOUCHER TOUT LE SPECTRE CLINIQUE


Fort de ce financement, Nabla porte donc l’ambition de s’étendre à l’international, avec, dans le viseur, les Etats-Unis en priorité, la jeune pousse étant d’ores et déjà installée Boston. Dans le même temps, elle souhaite « créer l’IA la plus intuitive et la plus fiable, capable d’aider les cliniciens dans tout le spectre clinique, jusqu’à l’aide à la décision médicale ». Sa facilité d’intégration est d’ailleurs un atout de taille pour des professions non techniques : Nabla est disponible sur mobile, sous forme d’application web ou d’extension.

Alexandre Lebrun précise que « la documentation clinique n’est qu’un début pour Nabla. Les systèmes de santé cherchent à tirer parti de l’opportunité de l’IA pour soutenir leurs équipes de soins dans de nombreux aspects différents ; nous nous préparons à être présents à chaque étape du processus ». Enfin, notons que la start-up s’appuiera sur ces fonds pour développer des options linguistiques supplémentaires pour Nabla Copilot, trois langues étant à ce jour prises en charge.

Sélectionné pour vous

OpenAI et Microsoft visés par une nouvelle plainte pour violation du droit d'auteur



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.