la désinformation et la cybercriminalité au cœur des préoccupations internationales

0



Le Forum de Davos s’est ouvert lundi dernier dans un contexte de tensions géopolitiques, mais également d’incertitudes économiques et de réchauffement climatique. Cette année, il y sera beaucoup question de l’IA, de ses opportunités mais également des menaces auxquelles elle peut concourir, notamment la cybercriminalité et la désinformation.

En marge du Sommet de Davos, le Forum Economique Mondial a publié le 10 janvier dernier, un “Rapport sur les risques mondiaux” qui met en garde contre les risques potentiels associés à l’IA, soulignant l’importance d’une réglementation efficace, de la gouvernance mondiale et de la prévention des inégalités numériques.

L’utilisation de l’IA générative est identifiée comme une source de préoccupation, car elle pourrait permettre à des acteurs non étatiques et étatiques de développer des outils potentiellement dangereux pour la sécurité, tels que des logiciels malveillants et des armes biologiques.

Le risque mondial le plus grave prévu au cours des deux prochaines années, dont pourrait tirer parti les acteurs étrangers et nationaux, serait l’utilisation de la mésinformation et de la désinformation pour creuser davantage les divisions sociétales et politiques. Ce mardi, Ursula von der Leyen, a évoqué ce sujet, mais elle a davantage souligné l’opportunité significative apportée par l’IA lorsqu’elle est utilisée de manière responsable.

Le rapport du Forum souligne la nécessité pour les chefs d’entreprise de faire de la cybersécurité une priorité absolue pour l’année à venir. Les répondants des secteurs public et privé ont ainsi placé les cyberattaques à la cinquième place de leurs préoccupations, 39% d’entre eux les classant même parmi les 3 principales appréhensions.

La hausse de la cybercriminalité

Dans son rapport “Board Perspectives 2023” , Proofpoint, une société américaine de cybersécurité de premier plan, révélait déjà la prise de conscience croissante des chefs d’entreprise dans le monde. En France, 80% des membres de conseils d’administration se sentent menacés par une cyberattaque majeure au cours des 12 prochains mois.

Ils classent, en tête de leurs préoccupations les logiciels malveillants (48 %), le smishing/vishing (40 %) et la fraude par courriel/BEC (38 %).

Les cyberattaquants redoublent d’inventivité et adoptent de nouvelles tactiques, telles que les attaques par téléphone et l’utilisation de proxys pour contourner l’authentification multifactorielle. Ces techniques autrefois assez ciblées sont aujourd’hui déployées à grande échelle.

Selon Loïc Guézo, Directeur de la stratégie cyber pour l’Europe chez Proofpoint :

“On assiste aujourd’hui à une recrudescence des campagnes d’hameçonnage sophistiquées et multi-plateformes dans lesquelles les acteurs de la menace orchestrent des conversations prolongées pour gagner la confiance de leurs cibles. Des campagnes qui sont généralement menées par des groupes de cybercriminels issus d’États-nations ou désireux d’aller au-delà de la simple compromission de courriels d’entreprise (BEC)”.

Une accélération de la désinformation

Alors que des élections importantes auront lieu en 2024, notamment les élections présidentielles en Russie ou aux Etats-Unis, la vitesse, le volume et la crédibilité des attaques augmentent de façon significative. En 2023, plusieurs personnalités publiques et politiques ont ainsi été victimes d’usurpation d’identité, à l’instar de François Hollande, trompé par le duo comique russe Vovan et Lexus, dénommé “TA 499” par les chercheurs de Proofpoint.

Ce duo avait commencé par duper des personnalités comme Elton John, mais s’est ensuite attaqué à des politiques comme Angela Merkel ou François Hollande dans le but de leur arracher des informations sensibles ou leur faire dire des choses compromettantes.

Loïc Guézo, conclut :

“D’un point de vue défensif, l’IA, la technologie et l’humain doivent fusionner pour établir une stratégie de cybersécurité robuste. Les contrôles basés sur l’IA fourniront une analyse cruciale pour identifier les menaces, nous permettant de minimiser les risques d’attaque. La rapidité et l’adaptabilité dont font preuve les cybercriminels surpassent l’analyse manuelle et l’IA doit permettre de répondre rapidement aux nouvelles menaces qui par ailleurs ne cesseront d’évoluer en 2024.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.