Craintes de sanctions américaines contre Baidu après des révélations sur un projet de recherche de l’armée chinoise

0



L’épisode illustre le risque qui pèse sur tous les groupes chinois spécialisés dans l’intelligence artificielle. Lundi 15 janvier, l’action de Baidu a chuté de plus de 11% à la Bourse de Hong Kong après la publication d’un article par le quotidien South China Morning Post, qui a fait naître l’inquiétude sur de potentielles sanctions américaines contre le moteur de recherche.


Projet de recherche de l’armée chinois


Dans son enquête, le SCMP évoque un projet de recherche mené par l’Armée populaire de libération, visant à utiliser de grands modèles de langage dans le processus de décision stratégique. Deux modèles auraient été testés : Ernie, conçu par Baidu, et Spark, développé par iFlyTek, une société spécialisée dans la reconnaissance vocale.

Baidu dément tout lien ou partenariat avec le laboratoire de l’armée chinoise. Le groupe assure aussi ne pas avoir connaissance de ce projet de recherche. « Si notre grand modèle de langage a été utilisé, cela a été la version publiquement disponible en ligne », promet-il.

L’éventualité d’une utilisation de l’IA par les forces militaires chinoises est au cœur des mesures prises ces dernières années par les Etats-Unis. Washington a notamment interdit l’exportation vers la chine des puces les plus avancées, notamment celles qui permettent d’entraîner et de faire tourner les derniers modèles d’IA générative, ainsi que les équipements nécessaires à leur production.


Dans le viseur de Washington ?


En se retrouvant associé à l’Armée, Baidu pourrait ainsi se retrouver dans le collimateur de l’administration américaine. Le risque le plus important serait d’être placé sur l’Entity List, une liste noire qui lui interdirait alors toute relation commerciale avec des entreprises américaines et des entreprises étrangères utilisant des technologies américaines.

En perte de vitesse, Baidu a pivoté l’an passé vers l’intelligence artificielle générative. Avec succès : son chatbot Ernie est considéré comme le plus avancé en Chine – où les rivaux occidentaux, comme ChatGPT et Bard de Google, ne sont pas disponibles. Et il attire désormais plus de 100 millions d’utilisateurs par mois.

Sélectionné pour vous

IA générative : des comportements malveillants peuvent être cachés dans les modèles, d'après Anthropic



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.