reconnu coupable, Sam Bankman-Fried risque jusqu’à 110 ans de prison

0



Le verdict ne faisait guère de doutes. Au terme d’un procès très médiatique et de seulement quelques heures de délibération du jury, Sam Bankman-Fried a été reconnu coupable des sept chefs d’inculpation qui pesaient contre lui. L’ancien patron de FTX risque désormais jusqu’à 110 ans de prison. La sentence sera rendue fin mars.

Ce verdict n’est pas une surprise tant les quatre semaines d’audience ont été dévastatrices pour l’accusé. Tour à tour, des anciens responsables de la plateforme de cryptomonnaie, qui ont eux choisi de conclure des accords de plaider coupable avec la justice américaine, sont venus témoigner pour accabler leur ex-patron.


Argent des clients


C’est notamment le cas Caroline Ellison, l’ancienne patronne d’Alameda Research, le fonds d’investissement rattaché à FTX dont les pertes abyssales ont précipité l’effondrement rapide et spectaculaire du château de cartes bâti par “SBF”. A la barre, elle a assuré qu’elle n’avait agi que sur les directives de son ex-petit ami, qui lui avait ordonné de piocher dans l’argent des clients de FTX pour maintenir Alameda à flot.

C’est aussi le cas de Garry Wang, l’un des cofondateurs de FTX, et de Nishad Singh, l’ex-directeur de la technologie de la plateforme, qui ont indiqué que “SBF” leur avait demandé de mettre en place une “porte dérobée” dans le système informatique pour permettre à Alameda de transférer l’argent des clients de FTX en toute discrétion.


« SBF » témoigne


En quelques mois, le fonds a ainsi emprunté 14 milliards de dollars à la plateforme de cryptomonnaies. D’abord, pour spéculer sur des cryptoactifs. Puis, pour faire face à ses pertes et à des appels de marge de ses créanciers au printemps 2022, suite à la chute des cours et à plusieurs faillites dans le secteur. Alameda n’en remboursera qu’une partie : selon les autorités américaines, 8 milliards de dollars sont partis en fumée.

Mal engagé, “SBF” a bien tenté un coup de poker, décidant de témoigner lors de son procès – une stratégie jugée risquée par les experts judiciaires. A la barre, l’ancienne star des cryptos a bien reconnu des erreurs, regrettant par exemple de ne pas avoir engagé de responsable des risques. Mais il a aussi assuré qu’il n’était pas au courant de l’ampleur des retraits réalisés par Alameda, rejetant la faute sur ses anciens collaborateurs. 


Un deuxième procès en mars


En attendant sa sentence, “SBF” devra affronter un deuxième procès, début mars. Celui-ci portera sur cinq autres chefs d’inculpation, qui n’ont pas pu être examinés lors du premier procès pour des raisons juridiques liées au processus d’extradition depuis les Bahamas, ou il avait été arrêté. Accusé de corruption en Chine et de violation des lois électorales américaines, il risque jusqu’à 45 années supplémentaires en prison.

Sélectionné pour vous

Interventions de Binance auprès des étudiants français : sensibilisation ou opération marketing ?



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.