Softbank investit dans Telexistence, une start-up japonaise de robotique pour le retail

0



Masayoshi Son avait promis de repasser à l’offensive. Jeudi 6 juillet, le fondateur et patron de Softbank s’est exécuté, participant à une levée de fonds de 170 millions de dollars menée par Telexistence, une start-up japonaise spécialisée dans la robotique qui souhaite désormais s’attaquer au marché américain.

Investisseur boulimique dans les start-up entre 2017 et 2021, par l’intermédiaire de son fonds Vision Fund, Softbank a depuis fortement réduit la voilure. Lors de son dernier exercice fiscal, clos le 31 mars, il n’a dépensé que 2,2 milliards de dollars, 20 fois moins que lors du précédent.


Précédents échecs


Ce n’est pas la première fois que Softbank mise sur la robotique. En 2012, le conglomérat japonais avait racheté la start-up française Aldebaran Robotics, à l’origine du petit robot d’accueil Pepper. Cinq ans plus tard, il avait aussi racheté à Google les impressionnants robots de Boston Dynamics. Il avait aussi investi 375 millions de dollars dans la start-up américaine Zume, qui ambitionnait de concevoir des robots capables de produire des pizzas dans des camionnettes de livraison.

Pour le moment, tous ces efforts n’ont pas vraiment porté leurs fruits. Passé l’effet de curiosité, les ventes de Pepper sont vite retombées. Sa production a pris fin en 2021. L’année précédente, Softbank avait revendu Boston Dynamics au groupe sud-coréen Hyundai, en enregistrant cependant une belle plus-value. En juin, la start-up Zume a mis la clé sous la porte.


Réapprovisionner les réfrigérateurs


Fondée en 2017, Telexistence a conçu un bras robotique, appelé Scara. Celui-ci est destiné aux petits magasins pour réapprovisionner automatiquement les boissons dans les réfrigérateurs. Selon la start-up, ils peuvent remplacer entre une et trois heures de travail par jour.

L’an passé, Telexistence a signé un premier contrat d’envergure avec la chaîne japonaise de supérettes FamilyMart pour déployer le robot dans 300 points de vente. Avec l’aide de la division robotique de Softbank, elle souhaite commercialiser ses appareils auprès des distributeurs américains.

Sélectionné pour vous

French Blue Tech : un index pour mettre la lumière sur les start-up maritimes



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.