plusieurs seuils ont été franchis en 2023, année sans précédent

0



L’année 2023 a dépassé toutes les craintes en ce qui concerne l’évolution climatique. Copernicus, l’organisme européen de surveillance du climat, confirme officiellement le fait que 2023 est l’année la plus chaude enregistrée depuis le début des relevés, soit depuis 174 ans. Cette année a été marquée par de nombreux records sur terre et dans les océans, mais surtout, par des seuils franchis plus tôt que ce que les scientifiques pensaient.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview avec Jean Jouzel : Quelles seront les répercussions du réchauffement climatique sur notre société ? Dans une interview, Jean Jouzel, célèbre paléoclimatologue, nous énonce les répercussions du réchauffement climatique sur…

L’année passée dépasse donc le record détenu par 2016, avec une température moyenne de 14,98 °C, soit 0,17 °C de plus que 2016. 2023 a donc connu une température moyenne supérieure à celle de 1991-2020 de 0,60 °C.

La courbe annuelle des températures de 2023 dans le monde se situe largement au-dessus des années précédentes

Mais, 2023 a surtout frôlé de très près le franchissement du seuil fixé par l’Accord de Paris : 1,48 °C de plus que la période préindustrielle ! Copernicus précise même qu’il est quasiment certain que la période des 12 mois consécutifs se terminant en janvier ou février 2024 franchira le seuil d’un réchauffement à +1,5 °C, soit la limite fixée par l’Accord de Paris. De juin à décembre 2023, chaque mois a été plus chaud que tous ceux de la même période au cours des années précédentes. Mais c’est en septembre que l’écart à la moyenne 1991-2020 a été le plus grand jamais enregistré.

Le seuil journalier des +1,5 °C de réchauffement a été franchi la moitié de l’année

Chaque jour de 2023 a présenté un écart à la moyenne supérieure de 1 °C comparé à la période préindustrielle (1850-1900). Presque 50 % des jours de l’année ont présenté un écart 1,5 °C ou plus (contre 20 % des jours en 2016). Mais il y a encore plus marquant : pour la première fois depuis le début des relevés, deux jours ont présenté un écart de 2 °C (en novembre) par rapport à la même période. Le phénomène réchauffant El Niño a évidemment joué un rôle, mais rappelons qu’El NiñoEl Niño est un cycle naturel et que les précédentes années marquées par ce phénomène n’ont pas été marquées par une chaleurchaleur aussi exceptionnelle. Le réchauffement climatique lié au gaz à effet de serre reste donc la première cause des records de 2023.

Des excès de chaleur généralisés dans le monde

Alors que 2022 était déjà marquée par une chaleur excessive dans la plupart des régions du monde, la différence apparente entre les deux cartes des anomaliesanomalies de températures dans le monde est frappante. Les deux régions du monde les plus concernées par la chaleur sont l’Amérique du Nord et l’Europe. Les zones qui ont connu des températures plus basses que la moyenne se comptent sur les doigts de la main : le nord de l’Australie, le sud-ouest des États-Unis, une partie de l’Inde et de la Scandinavie. Les océans ont subi des vagues de chaleur hors normes : l’Atlantique Nord en particulier, mais aussi les Caraïbes et l’est du Pacifique.  

Un record de faible étendue de la glace en Antarctique la majeure partie de l’année

En Antarctique, la glace a atteint un record de faible étendue pendant huit mois. Du côté de l’Arctique, le pic de mars, correspondant à la plus grande étendue de glace de l’année, a été le 4e plus faible enregistré depuis le début des mesures satellitaires. Le minimum annuel, qui se produit toujours en septembre, a été le 6e plus faible enregistré.

L’Europe de l’Ouest en surchauffe et sous les eaux

L’année 2023 a été la seconde la plus chaude enregistrée en Europe, avec un écart de +1,02 °C comparé à la moyenne 1991-2020, soit 0,17 °C plus froid que l’année record, 2020. Au cours de l’année, les températures se sont situées 11 mois sur 12 au-dessus des moyennes. L’hiver (décembre 2022 à février 2023) a été le 2e le plus chaud enregistré, l’été le 5e le plus chaud, et l’automneautomne le 2e le plus chaud.

L’année a aussi été marquée par des précipitationsprécipitations abondantes, sauf au cours de l’hiver 2022-2023, et de manière plus mitigée au cours de l’été.

2023 le confirme une fois de plus : l’Europe de l’Ouest est l’une des zones du monde les plus touchées par le réchauffement climatique.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.