le seuil des +1,5°C de réchauffement a déjà été dépassé, affirme Berkeley !

0



Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La spirale climatique depuis 1880 C’est en 2016 que le climatologue Ed Hawkins, de l’université de Reading (Royaume-Uni), a rendu…

Le seuil que les nations signataires de l’Accord de Paris ne voulaient pas franchir a-t-il déjà été dépassé ? Oui, selon Berkeley Earth, l’une des plus éminentes organisations scientifiques. Le niveau de réchauffement a atteint +1,54 °C comparé aux niveaux préindustriels (avec une marge d’erreur de 0,06 °C), selon Berkeley Earth. Quelques jours avant, Copernicus ECMWF, l’organisme européen de surveillance du climat, annonçait +1,48 °C et la NOAANOAA +1,35 °C.

Tous s’accordent sur le fait que 2023 est l’année la plus chaude enregistrée depuis le début des relevés il y a 174 ans, et probablement depuis plus de 100 000 ans selon les données climatiques. Les calculs des différents organismes donnent un niveau de réchauffement légèrement différent, et Berkeley Earth a toujours tendance à être un peu supérieur aux autres en raison de son choix des données océaniques. Mais quoi qu’il en soit, si le seuil des +1,5 °C de réchauffement n’est pas déjà franchi, il le sera dans les prochains mois de l’avis de tous.

Vers un réchauffement de +2,7 °C d’ici la fin du siècle

Selon Berkeley Earth, ce seuil tant redouté sera de toute manière très largement dépassé dans les prochaines années, quelles que soient les décisions prises par les grands gouvernements : si toutes les émissionsémissions de gaz à effet de serre issues de l’activité humaine cessent aujourd’hui, le réchauffement atteindra quand même +1,8 °C d’ici 2100. Mais la trajectoire actuelle de nos émissions nous emmène vers un réchauffement à 2,7 °C d’ici la fin du siècle, comme le montre ce graphique.

Cependant, l’évolution du réchauffement planétaire ne cesse de réserver des surprises : l’année 2023 a été bien plus chaude que prévu par tous les organismes climatiques.


2023, année de la surchauffe qui a changé l’histoire du climat, assure Berkeley Earth

Article de Karine DurandKarine Durand, publié le 26 décembre 2023

Il y a 99 % de risques que 2023 dépasse les +1,5 °C de réchauffement selon l’organisation Berkeley Earth. L’année qui s’achève franchirait dans ce cas une nouvelle étape climatique et l’objectif de l’Accord de Paris serait donc rendu obsolète 20 à 50 ans plus tôt que prévu.

En octobre dernier, l’éminente organisation de recherche sur le climat Berkeley Earth estimait possible le franchissement du seuil des +1,5 °C de réchauffement planétaire comparé à l’ère préindustrielle. Mais dans son dernier rapport datant du 19 décembre, les prévisions ont encore été revues à la hausse : selon Berkeley Earth, il y a désormais 99 % de risques pour le seuil des +1,5 °C  ne soit pas seulement atteint, mais carrément dépassé en 2023 !

Rappelons qu’il s’agit du niveau de réchauffement maximal à ne pas franchir selon l’Accord de Paris, sous peine de voir se déclencher une cascade d’événements catastrophiques : or, jusqu’au début de l’année 2023, les scientifiques pensaient que les +1,5 °C ne seraient atteints qu’entre 2040 et 2060. En 2022, la probabilité de franchissement de ce seuil en 2023 n’était estimée qu’à 1 %.

2023 changera l’histoire du climat, à moins d’un événement extraordinaire   

Cependant, le seuil des +1,5 °C de réchauffement global a été franchi en mars dernier, puis en juillet, en août, en septembre, en octobre et en novembre. Il est déjà certain que l’année 2023 sera la plus chaude enregistrée depuis le début des relevés, « sauf si un événement extraordinaire, capable de refroidir fortement le climat, intervient, comme l’impact d’un astéroïdeastéroïde ou l’éruption d’un supervolcan », précise Berkeley.

Derrière cette surchauffe bien plus intense que prévu en 2023, plusieurs facteurs qui s’additionnent les uns aux autres : le réchauffement climatique lié aux activités humaines, l’arrivée du phénomène naturel et réchauffant El NiñoEl Niño, mais aussi des causes à l’impact moins fort, mais tout de même perceptible : la phase actuelle du cycle solaire, l’éruption  du volcan Hunga Tonga qui a émis des quantités phénoménales de vapeur d’eau dans l’atmosphère, et la réduction de la pollution issue des navires qui a donné lieu à un ciel plus dégagé.


Nous sommes déjà en train de franchir la barre des +1,5 °C de réchauffement, avertit Berkeley Earth

Article de Karine Durand, écrit le 15 octobre 2023

L’université de Berkeley est « presque certaine » que 2023 sera l’année la plus chaude enregistrée dans le monde. Mais ses prévisions vont encore plus loin : selon son dernier rapport, le seuil des +1,5 °C de réchauffement par rapport à 1950-1900 sera très probablement franchi cette année.

Les modèles de prévision climatique ont sous-estimé le réchauffement à court terme, explique Berkeley Earth dans son dernier rapport publié le 11 octobre. Les émissions d’aérosolsaérosols, l’éruption du volcan Hunga Tonga en 2022, et d’autres facteurs n’ont pas assez été pris en compte dans les calculs, précise l’organisation. D’où le choc général auquel ont été confrontés les scientifiques en découvrant les chiffres ahurissants de ce mois de septembre 2023 : un tel record mondial de chaleurchaleur n’avait qu’une chance sur 10 000 de se produire selon les modèles climatiquesmodèles climatiques. La chaleur excessive des régions polaires, en particulier de l’Antarctique, a largement contribué au + 1,82 °C de réchauffement au cours du mois de septembre.

+1,5 °C de réchauffement en 2023, « au moins », selon Berkeley

Le phénomène réchauffant El Niño n’aurait, pour le moment, pas eu un grand impact sur l’élévation des températures. Mais il va atteindre son pic entre novembre et février, et influencera cette fois-ci beaucoup plus les températures mondiales. Après une période de janvier à septembre déjà anormalement chaude, et une fin d’année qui devrait présenter une anomalieanomalie thermique encore plus grande, « il est presque certain que 2023 devienne l’année la plus chaude jamais mesurée », précise Berkeley, avec une probabilité de 99 %.

Mais alors que l’OMM, l’Organisation météorologique mondiale, estimait possible le franchissement du seuil de réchauffement de +1,5 °C d’ici 3 à 5 ans, Berkeley annonce que celui-ci sera atteint en 2023 ! Il est probable à 90 % que les +1,5 °C de réchauffement comparé aux niveaux préindustriels soient donc atteints cette année. « Au moins », précise Berkeley, car selon certains calculs, les +1,5 °C seraient même légèrement dépassés. Si tel est le cas, c’est un nouveau chapitre climatique qui va s’ouvrir à la fin de l’année, bien avant la date envisagée par toutes les dernières prévisions climatiques.

 

 



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.