đź“° OpenAI poursuivi par le New York Times pour violation du droit d’auteur

0


Le cĂ©lèbre journal amĂ©ricain New York Times est très remontĂ© contre les mĂ©thodes auxquelles OpenAI a recours pour alimenter ses modèles d’IA. Pour cette raison, il a intentĂ© une action en justice contre la startup et son partenaire privilĂ©giĂ© Microsoft (Microsoft Corporation (NASDAQ : MSFT) est une multinationale amĂ©ricaine de solutions…) pour violation du droit d’auteur. Les deux entitĂ©s auraient utilisĂ© des millions d’articles produits par les journalistes du Times.

Assurer la protection des droits des créateurs de contenus

Dans un rĂ©cent communiquĂ©, le Times porte Ă  la connaissance de ses lecteurs que la technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait 🙂 d’OpenAI reprĂ©sente un danger pour ses activitĂ©s Ă©ditoriales. Le mĂ©dia (On nomme mĂ©dia un moyen impersonnel de diffusion d’informations (comme la presse, la radio, la…) amĂ©ricain affirme Ă  ce sujet: « En fournissant du contenu sans la permission ou l’autorisation du Times, les outils des accusĂ©s sapent et nuisent Ă  la relation du Times avec ses lecteurs et privent le Times des revenus d’abonnement, de licence, de publicitĂ© (Bien que le terme (Werbung en allemand, Publicity et Advertising en anglais) dĂ©signât d’abord le…) et d’affiliation. »

Ceci est d’autant plus prĂ©occupant dans la mesure oĂą OpenAI ne divulgue plus des dĂ©tails sur les donnĂ©es de formation des versions GPT rĂ©centes. Ă€ noter que le Times a mis en place des règles très strictes pour prĂ©server les droits d’auteur des journalistes qui travaillent pour lui. Pour rappel, le New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de…) Times est un journal qui est considĂ©rĂ© comme une rĂ©fĂ©rence dans l’univers (L’Univers est l’ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le rĂ©gissent.) mĂ©diatique.

Ă€ ce titre, il propose de nombreux sujets d’investigations et des scoops de façon rĂ©gulière Ă  son audience. Afin de garantir son retour sur investissement, le Times limite l’accès Ă  ses reportages grâce Ă  un robuste paywall (accès payant). En plus de ceci, les Ă©ditions imprimĂ©es du journal comportent une notification du droit d’auteur, les conditions d’utilisation limitant la copie et l’usage de tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprĂ©tĂ© comme le monde ou…) matĂ©riel publiĂ©.

Des manĹ“uvres pour freiner l’expansion d’OpenAI

Depuis la sortie de ChatGPT, OpenAI est la cible de nombreuses poursuites judiciaires pour violation du droit d’auteur aux Etats Unis (L’UNIS, pour UNIversitĂ© du Svalbard, est une universitĂ© norvĂ©gienne implantĂ©e…). En juillet 2023, la comĂ©dienne Sarah Silverman ainsi que deux auteurs ont dĂ©posĂ© une plainte contre OpenAI et Meta. Deux mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une pĂ©riode de temps…) plus tard, un groupe d’Ă©crivains de fiction a rejoint une association d’auteurs pour intenter un recours collectif contre OpenAI. Ils estiment que la technologie employĂ©e utilise illĂ©galement les Ĺ“uvres protĂ©gĂ©s par le droit d’auteur.

Dans le mĂŞme temps, le New York Times, CNN et d’autres Ă©diteurs de presse ont ajoutĂ© un code Ă  leur site pour bloquer le GPTBot d’OpenAI. Cela empĂŞche donc le robot (Un robot est un dispositif mĂ©catronique (alliant mĂ©canique, Ă©lectronique et…) d’exploration (L’exploration est le fait de chercher avec l’intention de dĂ©couvrir quelque chose d’inconnu.) web d’OpenAI d’analyser le contenu de leurs diverses plateformes. Selon le mĂ©dia amĂ©ricain, les outils IA peuvent « gĂ©nĂ©rer un rĂ©sultat qui rĂ©cite textuellement le contenu du Times, le rĂ©sume fidèlement et imite son style expressif, comme le dĂ©montrent des dizaines d’exemples… »



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.