La maladie d’Alzheimer favorisée par la présence d’une bactérie dans l’estomac ?

0



C’est une bactérie, très répandue, nichée dans l’estomac, qui pourrait être un des facteurs favorisant l’apparition de la maladie d’Alzheimer. En déclenchant l’inflammation de l’organe, cette infection, si elle n’est pas soignée, augmenterait de 11 % le risque de contracter cette maladie neurodégénérative. Une piste intéressante pour développer des stratégies de prévention au regard de l’évolution du nombre croissant de personnes âgées dans le monde.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Bientôt un test sanguin pour dépister la maladie d’Alzheimer ? Un test sanguin pour dépister la maladie d’Alzheimer qui pourrait être fait chez votre médecin…

Selon des chercheurs canadiens, une bactérie gastrique très répandue pourrait être liée à un risque accru d’apparition de la maladie d’Alzheimer. Helicobacter pylori. Cette bactérie, dont un tiers de la population en est porteuse, infecte la paroi interne de l’estomac. Acquise principalement durant l’enfance, l’infection persiste toute la vie si elle n’est pas traitée.

Des bactéries du microbiote participeraient à l’apparition de la démence à corps de Lewy

La bactérie entraîne une inflammation de l’estomac (gastritegastrite) qui passe généralement inaperçue. Mais ce n’est pas tout. Car, selon des chercheurs de l’Université McGill de Montréal, dont l’étude est publiée dans la revue Alzheimer’s & Dementia, The Journal of the Alzheimer’s Association, elle pourrait aussi augmenter le risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Le saviez-vous ?

En France, 15 à 30 % de la population serait infectée par Helicobacter pylori. La fréquence varie selon les tranches d’âge : moins de 20 % des personnes de moins de 30 ans sont infectées, plus de 50 % des personnes de plus de 50 ans le sont.

En recueillant les données de plus de quatre millions de personnes de plus de 50 ans, vivant au Royaume-Uni entre 1988 et 2019, ils ont en effet observé que l’infection à H. pylori était associée à une hausse de 11 % du risque de contracter une démencedémence.

L’urgence de trouver un traitement

« La population mondiale est vieillissante, alors on s’attend à ce que le nombre de personnes atteintes de démence triple au cours des 40 prochaines années, affirme le Dr Paul Brassard, auteur principal de l’étude et professeur à la Faculté de médecine de l’Université McGill. Malgré ces données alarmantes, on ne dispose toujours pas de traitements efficaces contre cette maladie ».

La piste de l’infection à Helicobacter pyloriHelicobacter pylori est donc des plus importantes dans la mesure où il existe un traitement pour s’en débarrasser. Il repose sur la prise de plusieurs antibiotiquesantibiotiques et d’un médicament qui réduit l’acidité de l’estomac.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.