Découverte de cinq variantes biologiques de la maladie d’Alzheimer

0



Les résultats d’une étude néerlandaise indiquent une hétérogénéité moléculaire dans la maladie d’Alzheimer et soulignent la nécessité d’une médecine personnalisée.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Bientôt un test sanguin pour dépister la maladie d’Alzheimer ? Un test sanguin pour dépister la maladie d’Alzheimer qui pourrait être fait chez votre médecin…

Des chercheurs néerlandais ont peut-être trouvé la raison pour laquelle les traitements contre la maladie d’Alzheimer semblent peu efficaces, voire inefficaces. La pathologie présenterait cinq variantes biologiques distinctes, qui diffèrent au niveau de l’intégritéintégrité de la barrière hémato-encéphalique, de la croissance des cellules nerveuses, de la synthèse des protéines, du fonctionnement du système immunitaire et de la production d’amyloïde.

L’hypothèse la plus courante accuse les protéines amyloïdes et tau, des protéines toxiques, de s’agglutiner dans le cerveau des personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer. En plus de ces amas, d’autres processus biologiques comme l’inflammationinflammation et la croissance des cellules nerveuses sont impliqués dans la maladie.

Les chercheurs de la nouvelle étude ont examiné pas moins de 1 058 protéines dans le liquide céphalorachidienliquide céphalorachidien de 419 personnes présentant des amas de protéines amyloïdes et tau. La recherche a comparé les résultats à 187 témoins. Outre les cinq sous-types moléculaires trouvés, il existerait des différences dans d’autres aspects de la maladie. Par exemple, les chercheurs ont constaté une évolution plus rapide d’Alzheimer dans certains sous-groupes.

Vers une médecine personnalisée ?

La recherche constitue une avancée en matièrematière de médecine personnalisée, car un médicament donné peut ne pas convenir (voire être nocif) à une variante et s’avérer très efficace pour une autre. « Étant donné les modèles distincts de processus moléculaires et les profils de risque génétiquegénétique de la maladie d’Alzheimer, il est probable que les sous-types de cette maladie nécessiteront des traitements spécifiques », résument les auteurs de l’étude publiée dans la revue Nature Aging.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.