Le limogeage de Sam Altman, le patron d’OpenAI et prodige de l’intelligence artificielle, sidère la Silicon Valley

0


Sam Altman, la veille de son départ de la direction d’OpenAI, lors d’une conférence à San Francisco, le 16 novembre 2023.

Cela pourrait être le début d’un thriller dans la tech. Vingt-quatre heures après avoir figuré sur l’estrade du forum des chefs d’entreprise des pays d’Asie-Pacifique, à San Francisco (Californie), parmi les grands du business mondial, pour une intervention sur le futur de l’intelligence artificielle (IA), Sam Altman, le prodige du programme ChatGPT, a été démis par le conseil d’administration de ses fonctions de directeur général d’OpenAI. Il avait cofondé cette entreprise en 2015 et l’a amenée à une valorisation de 90 milliards de dollars (82 milliards d’euros).

La brutalité de l’éviction a fait passer une onde de choc dans la Silicon Valley, du fait de la personnalité de Sam Altman, 38 ans, devenu depuis le lancement du robot conversationnel ChatGPT, en novembre 2022, le visage des promesses – et des risques – de l’IA.

Invité au Congrès américain, au Parlement européen, à l’Elysée, à Downing Street, il a pris rang en un an parmi les géants de la tech, aux côtés de Bill Gates ou Elon Musk, sans se départir de son allure conviviale ni de son ton généralement rassurant.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Sam Altman, pompier pyromane de l’intelligence artificielle

Dans un communiqué, le conseil d’administration a affirmé qu’il n’avait « plus confiance dans la capacité » du jeune fondateur à diriger OpenAI. Sam Altman n’a « pas toujours été franc dans ses communications avec le conseil, ce qui a entravé sa capacité à remplir ses responsabilités », a-t-il accusé. Mira Murati, directrice technique d’OpenAI, a été choisie pour assurer l’intérim, en attendant la nomination d’un successeur.

Moins d’une heure plus tard, Sam Altman a réagi par un message sur X : « J’ai aimé le temps passé à OpenAI. Cela a été transformateur pour moi sur un plan personnel, et, espérons-le, un peu aussi pour le monde. »

Hypothèses et scénarios dignes de la série « Succession »

Ni le conseil d’administration ni l’intéressé n’ont donné de précision sur l’absence de « franchise » ayant donné lieu à un départ aussi fracassant. Sam Altman a seulement indiqué qu’il aurait « plus à dire » ultérieurement sur ce qu’il compte faire. Milliardaire grâce aux investissements réalisés alors qu’il dirigeait le prestigieux incubateur Y Combinator − après avoir laissé tomber ses études à Stanford et vendu sa première start-up − Sam Altman ne possède pas de parts dans OpenAI, fondée à l’origine comme une entreprise à but non lucratif.

En novembre 2022, la mise en ligne de ChatGPT a donné le coup d’envoi à une course dans l’IA entre Amazon, Google, Facebook et Microsoft. En janvier de cette année, Microsoft a annoncé un investissement de 10 milliards de dollars dans OpenAI, dans l’optique de détenir à terme 49 % de la compagnie. Après l’annonce du départ de Sam Altman, intervenue avant la clôture de la Bourse, le PDG Satya Nadella a tenu à rassurer les marchés. « Nous avons un accord à long terme avec OpenAI, a-t-il rappelé. Nous restons engagés dans notre partenariat, ainsi qu’avec Mira [Murati] et toute l’équipe. »

Il vous reste 50% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.