« Distancé par Apple au moment de prendre le virage du smartphone, Microsoft est revenu dans la course »

0


Le PDG d’OpenAI, Sam Altman, à gauche, apparaît sur scène avec le PDG de Microsoft, Satya Nadella, lors de la première conférence des développeurs d’OpenAI, le 6 novembre 2023, à San Francisco (Californie).

Dans les travées du salon mondial de l’électronique grand public (Consumer Electronics Show, CES), qui se tient du 9 au 12 janvier à Las Vegas (Nevada), les industriels chinois, japonais, européens ou américains rivalisent sur les mérites de leurs nouveaux gadgets électroniques. Pourtant, comme il y a vingt ans, deux fantômes flottent au-dessus de cette gigantesque foire commerciale, celui de Bill Gates, le fondateur de Microsoft, longtemps la star absolue de cette rencontre, et celui de Steve Jobs, dont la société Apple a toujours mis un point d’honneur à ne jamais participer à cet événement tape-à-l’œil.

Lire la chronique : Article réservé à nos abonnés Intelligence artificielle : « Microsoft dispose d’une longueur d’avance »

Le premier a quitté son entreprise en 2008 pour s’occuper de sa fondation philanthropique et le deuxième est décédé en 2011. Tous deux nés en 1955, ils ont inventé l’informatique d’aujourd’hui et alternativement dominé l’immense marché des technologies de l’information. Leurs entreprises ont prolongé cette rivalité jusqu’à aujourd’hui. Avec finalement les mêmes ingrédients. La ténacité et le génie mathématique de Gates d’un côté, la créativité et le sens de l’innovation de Jobs de l’autre.

Jeudi 11 janvier, la valorisation boursière de Microsoft a dépassé brièvement celle d’Apple, société la plus chère du monde à près de 2 900 milliards de dollars (environ 2 640 milliards d’euros). Au bord de la faillite durant une bonne partie des années 1990, Apple avait dépassé son rival en 2010, porté par l’incroyable succès de l’iPhone. Dans le même temps, Microsoft n’a pas su prendre le virage du smartphone, alors qu’il était attaqué par les autorités de la concurrence sur son monopole autour du système Windows.

Intelligence artificielle à portée de tous

Largement distancé, Microsoft est revenu dans la course depuis l’arrivée, en 2014, de son nouveau patron, Satya Nadella. Fidèle à l’approche de Bill Gates, il n’a pas cherché le produit révolutionnaire de demain, mais la prochaine poche de croissance dans laquelle l’approche industrielle de son entreprise pourrait prendre l’avantage, non seulement sur Apple mais aussi sur Google. Il a investi lourdement dans le cloud computing, l’informatique décentralisée. Pari gagnant, cette concentration de la puissance de calcul facilement accessible par Internet est devenue la base de la nouvelle informatique. Cerise sur le gâteau, il est entré en 2022 dans OpenAI, l’entreprise qui a mis l’intelligence artificielle à la portée de tous.

Aujourd’hui, sur les stands du CES de Las Vegas, on ne parle presque plus des smartphones, presque démodés et dont les ventes stagnent, mais partout d’intelligence artificielle, et donc de Microsoft. Apple n’a pas encore perdu sa couronne, mais les projecteurs se déplacent. L’histoire ne se répète pas mais les cultures ont la vie dure.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.