Avec Togg, la Turquie fait de l’automobile un vecteur du patriotisme

0


La voiture électrique Togg T10F est exposée lors du salon technologique CES, le mercredi 10 janvier 2024, à Las Vegas.

Au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, qui s’est tenu du 9 au 12 janvier dans le Nevada, le stand Togg n’avait rien à envier à celui de Mercedes, tout proche. Paré de turquoise, l’espace occupé par le jeune constructeur se déployait sur une surface largement supérieure à celle de la marque allemande. Togg, abréviation de « groupe automobile de Turquie », participait pour la troisième année de rang à cette manifestation consacrée à la tech.

On ne risque pas d’apercevoir le blason (deux flèches opposées symbolisant la synthèse entre Orient et Occident) lors des salons de l’automobile de Paris, de Munich ou de Genève. Qu’on se le dise, Togg ne produit pas des voitures électriques, mais des smart devices, autrement dit, des « appareils intelligents ». « Nous sommes partis d’une feuille blanche, et nous ne nous comparons pas au reste de la production automobile », prévient Gürcan Karakas, le directeur général de Togg, créé en 2018.

Sur le stand, la vedette était le T10F, deuxième modèle de la gamme après le T10X, un SUV lancé en 2023. Dessiné par l’italien Pininfarina, avec le souci de plaire au plus grand nombre, le nouvel « appareil intelligent » prend la forme d’une berline dite « fastback », à la ligne de toit légèrement fuyante pour dynamiser la poupe. A l’intérieur des Togg, la planche de bord est envahie par un écran panoramique long de 50 centimètres. Lorsque l’on prend place derrière le volant s’affichent sur l’écran le pouls du conducteur et l’évaluation de son niveau de stress.

De 47 000 à 60 000 euros

Les modèles de la gamme s’affichent à des prix qui se situent entre 47 000 et 60 000 euros selon la version, un tarif élevé, mais loin d’être exceptionnel pour un modèle électrique aux standards du marché. L’autonomie du T10F peut atteindre, selon le constructeur, jusqu’à 600 kilomètres avec la plus grosse batterie, ce qui représente une honnête moyenne. Les options de couleur de carrosserie du T10F « s’inspirent et portent le nom de la beauté naturelle de la Turquie ». Car Togg n’est pas seulement une signature technologique. C’est aussi un manifeste patriotique.

Malgré un prix qui la rend fort peu abordable dans son propre pays, par ailleurs largement dépourvu d’un réseau de bornes de recharge, la firme se présente comme un porte-étendard. « La Turquie a fabriqué des voitures pour treize marques différentes, dont Toyota, Renault, Fiat ou Ford. Togg démontre qu’elle peut produire un modèle par ses propres moyens et cela rend les gens fiers », insiste Gürcan Karakas, qui, auparavant, a été à la tête de la division turque de l’équipementier Bosch.

Il vous reste 45% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.