Safran, numéro douze mondial des déposants de brevets dans l’impression 3D

0


Santé, transports, médecine, mais aussi énergie, mode ou encore construction. Dans tous ces secteurs, la fabrication additive (FA), également appelée « impression 3D », ne cesse de prendre de l’ampleur. D’où le choix de l’office européen des brevets (OEB) de consacrer une étude, publiée mardi 19 septembre, aux dépôts de brevets internationaux, indicateurs précoces de l’innovation, dans ce domaine. « On assiste à une explosion de l’innovation depuis 2013, avec un secteur qui, en sept ans, est passé du prototypage à des applications industrielles dans une grande variété de secteurs », introduit Yann Ménière, chef économiste à l’OEB, qui cite notamment les plastiques, les métaux, les céramiques, ou encore le béton. Procédé de fabrication qui crée des objets tridimensionnels par superposition de couches successives de matière, l’impression 3D permet en effet de réaliser  des pièces complexes, sur mesure, en réduisant les déchets.

[…]

Cet article est réservé à nos abonnés L’Usine Nouvelle

Soutenez un journalisme d’expertise.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Sélectionné pour vous

Une main robotique souple avec des os, des ligaments et des tendons imprimée en 3D



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.