un simple déplacement de « curseur » démontre cette nouvelle théorie

0


Dans un récent article publié dans la revue Frontiers in Physics, le chercheur Piotr Ogonowski propose une méthode innovante pour réconcilier deux des théories les plus importantes de la physique moderne: la relativité générale d’Albert Einstein (Albert Einstein (né le 14 mars 1879 à Ulm, Wurtemberg, et mort le…) et la mécanique quantique (La mécanique quantique est la branche de la physique qui a pour but d’étudier et de…). Ces deux théories, bien que fondamentales, ont longtemps été considérées comme incompatibles en raison de leurs approches radicalement différentes pour décrire les phénomènes à l’échelle cosmique et microscopique.

La théorie de la relativité générale utilise l’idée d’un espace-temps (La notion d’espace-temps a été introduite au début des années 1900 et reprise…) courbe pour expliquer la gravité (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.) et a été largement validée, malgré des questions non résolues concernant la matière noire (En astrophysique, la matière noire (ou matière sombre), traduction de l’anglais…) et l’énergie (Dans le sens commun l’énergie désigne tout ce qui permet d’effectuer un travail, fabriquer de la…) noire. D’autre part, la mécanique (Dans le langage courant, la mécanique est le domaine des machines, moteurs, véhicules, organes…) quantique, qui traite des phénomènes à l’échelle des atomes, opère dans un espace-temps plat et utilise un appareil mathématique complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou…) différent.

Piotr Ogonowski introduit un objet mathématique nommé le Tenseur Alena, qui permet une description unifiée des phénomènes physiques, ajustant la courbure de l’espace-temps comme si on utilisait un curseur. Dans un espace-temps courbé, les équations se transforment naturellement en équations de champ d’Einstein, tandis que dans un espace-temps plat, elles permettent l’utilisation de méthodes classiques de la physique relativiste et sont compatibles avec la description quantique.

La recherche de Piotr Ogonowski a montré que ce « curseur d’espace-temps » fonctionne pour la gravité et l’électromagnétisme (L’électromagnétisme est une branche de la physique qui fournit un cadre très général d’étude…) et que le Tenseur Alena pourrait permettre d’ajouter d’autres champs. Ce résultat offre une possibilité de réconcilier des descriptions auparavant contradictoires pour d’autres champs connus.

Un effet secondaire de cette méthode est que certains éléments de l’équation se comportent comme une constante cosmologique (La constante cosmologique est un paramètre rajouté par Einstein en février 1917…) dans les équations de champ d’Einstein, ce qui pourrait aider à expliquer la nature de l’énergie noire. De plus, il semble qu’il doive exister une force supplémentaire en plus de la gravité, potentiellement éclairant sur la nature de la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses…) noire.

Néanmoins, l’adoption de cette méthode n’est pas sans défis. Si elle s’avère correcte, cela pourrait signifier que notre monde est simplement un champ en constante fluctuation, et que l’espace-temps lui-même n’est qu’une manière de percevoir ce champ. C’est une conclusion qui ouvre la voie à de nouvelles recherches et hypothèses sur la nature fondamentale de l’Univers.

Cet article fait partie de Science X Dialog, où les chercheurs peuvent présenter les résultats de leurs articles de recherche publiés.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.