🔭 La comète de Halley se rapproche désormais de la Terre

0


Dans son long périple spatial, la comète de Halley entame son retour vers la Terre.

Le samedi 9 dĂ©cembre, la comète de Halley a atteint le point le plus Ă©loignĂ© de son orbite autour du Soleil, soit environ 35 unitĂ©s astronomiques, ce qui la place bien au-delĂ  de l’orbite de Neptune et presque au niveau de l’orbite de Pluton. Ce point marque la mi-parcours de son cycle orbital de 76 ans autour de notre Ă©toile.


Vue d’artiste de la sonde Giotto.

Le dernier passage de la comète de Halley près du Soleil s’est produit le 9 fĂ©vrier 1986. Ă€ cette occasion, elle s’est approchĂ©e Ă  environ 87,8 millions de kilomètres du Soleil, un peu moins que la distance qui sĂ©pare le Soleil de VĂ©nus. Depuis 2003, les astronomes ont perdu de vue la comète, celle-ci devenant trop petite et trop faible pour ĂŞtre observĂ©e.

Les comètes, ces corps célestes composés de glace et de poussière, sont célèbres pour leurs queues spectaculaires. Celles-ci se forment lorsque le rayonnement solaire vaporise la glace présente dans le corps de la comète, entraînant derrière elle un sillage de gaz et de poussière.

Edmond Halley, l’astronome ayant donnĂ© son nom Ă  la comète, fut le premier Ă  prĂ©dire son retour dans le ciel terrestre. Observant la comète en 1682, il la qualifia d’abord de « étoile poilue » sans comprendre sa nature exacte. En comparant ses observations avec des apparitions similaires en 1531 et 1607, il postula qu’il s’agissait du mĂŞme objet. Edmond Halley prĂ©dit son retour en 1758. PrĂ©diction qui se vĂ©rifia, mais il ne fut pas prĂ©sent pour le voir, sont dĂ©cès ayant eu lieu en 1742.


Cette vue du noyau de la comète de Halley a été obtenue par la sonde Giotto lors de son passage à 600 km du noyau de la comète le 13 mars 1986.
Crédit image: ESA/MPAe Lindau

Jusqu’Ă  son prochain passage près du Soleil le 28 juillet 2061, la comète de Halley continuera d’illuminer notre ciel Ă  travers deux pluies de mĂ©tĂ©ores annuelles. Les dĂ©bris glacĂ©s qu’elle a laissĂ©s lors de ses prĂ©cĂ©dents voyages Ă  travers l’orbite terrestre donnent naissance Ă  la pluie de mĂ©tĂ©ores des Delta Aquarides en mai et celle des Orionides en octobre, qui mĂ©tamorphosent ces dĂ©bris en Ă©toiles filantes.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.