📰 Cette exoplanète proche pourrait être propice à la vie

0


LHS 1140 b, une exoplanète située à 50 années-lumière de la Terre, pourrait être un monde aquatique propice à la vie. Cette hypothèse est suggérée par une étude récente, et le télescope spatial James Webb pourrait bientôt nous éclairer sur cette éventualité.

LHS 1140 b, dĂ©couverte en 2017, orbite dans la zone habitable d’une Ă©toile naine rouge (En astronomie, les naines rouges sont des Ă©toiles de type spectral K ou M. Ce sont les…) nommĂ©e LHS 1140 a, dans la constellation (Une constellation est un ensemble d’Ă©toiles dont les projections sur la voĂ»te…) de la Baleine. Les observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phĂ©nomènes, sans volontĂ© de les…) initiales ont indiquĂ© que LHS 1140 b est une planète rocheuse, environ 1,7 fois plus grande que la Terre. Cependant, des analyses plus poussĂ©es ont rĂ©vĂ©lĂ© une densitĂ© (La densitĂ© ou densitĂ© relative d’un corps est le rapport de sa masse volumique Ă  la…) trop faible pour qu’elle soit entièrement rocheuse. Cette exoplanète (Une exoplanète, ou planète extrasolaire, est une planète orbitant autour d’une…) pourrait donc contenir beaucoup plus d’eau que notre planète ou possĂ©der une atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations 🙂 riche en Ă©lĂ©ments lĂ©gers comme l’hydrogène (L’hydrogène est un Ă©lĂ©ment chimique de symbole H et de numĂ©ro atomique 1.) et l’hĂ©lium.


Impression artistique de l’exoplanète potentiellement habitable LHS 1140 b.
Crédit: ESO/spaceengine.org

Charles Cadieux, chercheur en astronomie (L’astronomie est la science de l’observation des astres, cherchant Ă  expliquer…) Ă  l’UniversitĂ© de MontrĂ©al (L’UniversitĂ© de MontrĂ©al est l’un des quatre Ă©tablissements d’enseignement…) et auteur principal de cette Ă©tude, explique que la position de LHS 1140 b dans la zone habitable la rend particulièrement intĂ©ressante. Si de l’eau se trouve Ă  la surface, une partie pourrait ĂŞtre Ă  l’Ă©tat liquide, ce qui est un scĂ©nario prometteur en termes d’habitabilitĂ©.

Depuis la première dĂ©couverte d’une exoplanète en 1992, plus de 5 500 mondes ont Ă©tĂ© confirmĂ©s dans notre galaxie, la Voie LactĂ©e. Parmi eux, seuls quelques-uns sont considĂ©rĂ©s comme potentiellement habitables. Longtemps, le système autour de l’Ă©toile de TRAPPIST-1, un peu plus proche de la Terre que LHS 1140, a Ă©tĂ© jugĂ© prometteur avec ses sept exoplanètes de taille terrestre, dont trois dans la zone habitable. Cependant, des observations rĂ©centes suggèrent que ces planètes pourraient ĂŞtre dĂ©pourvues d’atmosphère et d’eau en surface, Ă  cause de l’activitĂ© (Le terme d’activitĂ© peut dĂ©signer une profession.) intense de leur Ă©toile.

LHS 1140 a, moins active que l’Ă©toile TRAPPIST-1 a, offre des conditions plus stables pour la vie. Bien que 20 % plus petite et moins massive que notre Soleil, elle crĂ©e des conditions habitables dans une rĂ©gion plus proche de sa surface que Mercure ne l’est du Soleil. LHS 1140 b pourrait ĂŞtre plus froide que la Terre, malgrĂ© une orbite quatre fois plus proche de son Ă©toile que Mercure ne l’est du Soleil.

L’Ă©tude de Cadieux et son Ă©quipe, qui envisage d’utiliser le JWST pour examiner l’atmosphère de LHS 1140 b, pourrait rĂ©vĂ©ler si la planète est un monde aquatique. Une telle confirmation permettrait de modĂ©liser le climat de la planète et de dĂ©tecter indirectement de l’eau liquide Ă  sa surface, une dĂ©couverte majeure dans la recherche de la vie extraterrestre (La vie extraterrestre dĂ©signe toute forme de vie existant ailleurs que sur la planète…).

L’Ă©tude a Ă©tĂ© publiĂ©e dans The Astrophysical Journal Letters le 3 janvier.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.