Le lanceur Vulcan réussit son premier vol et expédie Peregrine vers la Lune

0



Le nouveau lanceur Vulcan du groupe ULA (formé des sociétés Boeing et Lockheed Martin) a décollé tôt ce matin en direction de la Lune. À son bord, l’atterrisseur lunaire Peregrine d’Astrobotic, qui rejoindra la Lune le 23 février, et les cendres ou l’ADN de dizaines de personnes décédées.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Swipe Into Space : le retour sur la Lune Alors que la capsule Orion vient juste de revenir sur Terre, c’est l’occasion de revenir…

Lancement réussi pour le nouveau lanceur d’ULA, VulcanVulcan, depuis Cap Canaveral en Floride. Baptisé CERTCERT-1, cette mission est la première des deux vols de certificationcertification nécessaires pour que ce lanceur soit approuvé par les États-Unis, notamment pour les lancements de satellites de la Force spatiale. Ce lanceur pourra également être lancé depuis la base spatiale de Vandenberg, en Californie.

Premier vol pour le lanceur Vulcan

Pour son premier vol, Vulcan a placé en orbite l’atterrisseur Peregrine d’Astrobotic, destiné à se poser sur la Lune le 23 février dans le cadre du programme CLPS (Commercial Lunar Payload Services) de la Nasa. Le lanceur a également mis en orbite la sonde Celestis contenant 265 capsules abritant des cendres de personnes, des échantillons d’ADNADN, et des messages de vœux de clients du monde entier pour un voyage sans fin dans l’espace interplanétaire.

Vulcan est un lanceur à deux étages disponible en quatre configurations, capable de s’adapter à toutes les demandes commerciales, quelles que soient l’orbite visée et la massemasse à lancer, de 27 tonnes en orbite basse à plus de 14 tonnes en orbite de transfertorbite de transfert géostationnaire, et à plus de 11 tonnes à destination de la Lune. Selon les besoins, le Vulcan peut être équipé de zéro, deux, quatre ou six boostersboosters d’appoint. L’étage principal est propulsé par deux moteurs BE-4 fabriqués par Blue Origin, qui utilisent un mélange de gaz naturel liquéfiégaz naturel liquéfié (GNL) et d’oxygèneoxygène liquideliquide. Ces moteurs seront également utilisés par le futur lanceur New Glenn de Blue Origin, actuellement en développement. Pour l’heure, Blue Origin se refuse à commenter l’état d’avancement de ce futur lanceur et à donner une date de lancement et de mise en service. L’étage supérieur Centaur est une évolution des Centaur utilisés sur les lanceurs Atlas VAtlas V et Delta IVDelta IV, ayant déjà effectué plus de 260 vols. Cet étage cryogénique est propulsé par deux moteurs qui utilisent un mélange d’hydrogènehydrogène et d’oxygène liquides.

Après ce premier vol de démonstration, un deuxième vol est prévu dès le mois d’avril avec le lancement du véhicule spatial Dream Chaser de Sierra Space à destination de la Station spatiale internationaleStation spatiale internationale. De plus, quatre autres vols sont prévus d’ici la fin de l’année pour le compte de la Force spatiale des États-Unis.

Évolutions futures

En ce qui concerne les évolutions futures du Vulcan, ULA travaille sur des améliorations visant à étendre les capacités du lanceur et à le rendre partiellement réutilisable. Contrairement au Falcon 9Falcon 9 de SpaceXSpaceX, qui récupère l’étage principal dans son ensemble (bloc-moteur et réservoirs), ULA souhaite récupérer et réutiliser uniquement le bloc-moteur du Vulcan, qui représente environ 65 % des coûts. Pour freiner ce bloc-moteur et le récupérer, une méthode surprenante est envisagée : l’utilisation d’un bouclier thermique gonflable et d’un parafoil qui seraient récupérés en vol par un hélicoptèrehélicoptère.

Récupération du lanceur Vulcan : ULA dévoile un scénario à la James Bond

Une autre évolution étudiée est le remplacement de l’étage supérieur Centaur par l’étage ACES, (Advanced Cryogenic Evolved Stage). Ce nouvel étage aurait la capacité de rester en orbite terrestre et dans l’espace cislunaire pendant plusieurs mois, contre seulement quelques heures pour le Centaur, permettant ainsi de naviguer entre différentes orbites et l’accomplissement de missions au-delà de la Terre. Cette évolution augmenterait également la capacité d’emport du Vulcan.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.